Gaza : le porte-hélicoptères français Tonnerre ne reçois aucun blessé

Date de publication

Depuis le début du conflit entre Israël et la Palestine, Emmanuel Macron n’a eu cesse de mettre en avant une solution diplomatique. Dans cet objectif, la France est officiellement engagé dans le conflit avec un soutien humanitaire aux populations locales. Le porte-hélicoptères amphibie (PHA) Tonnerre, a été déployé en configuration hôpital avec l’annonce de son envoi par Emmanuel Macron. Une annonce intervenue lors de sa visite en Égypte le 25 octobre dernier, signalant un renforcement significatif de la présence militaire française en Méditerranée orientale.

Bien que la mission du Tonnerre reste humanitaire, ce navire de plus de 21 000 tonnes, équipé de deux salles d’opération, d’une salle de radiologie, et de 69 lits, est également capable de mener des opérations militaires grâce à sa capacité d’accueillir plus de quinze hélicoptères et transporter jusqu’à 900 soldats​.

Une aide militaire inexistante

Cependant, le Tonnerre fait face à des limites dans sa mission actuelle. Interrogé par des confrères de France Info, le commandant Schaar, pacha du porte-hélicoptères confirme les capacités limitées du PHA. le Avec une capacité d’accueil réduite à « deux blessés très graves » et « deux blessés graves« , le PHA semble loin de réaliser pleinement son potentiel en tant que navire-hôpital. Cet écart entre les capacités annoncées et la réalité opérationnelle suscite des interrogations, notamment sur l’efficacité du soutien apporté aux hôpitaux de Gaza. «Compte tenu de l’armement en ressources humaines, on n’est pas en capacité d’utiliser l’ensemble de ces locaux. Par exemple, il y a deux blocs opératoires qu’actuellement nous ne pouvons pas armer de manière simultanée», a précisé le médecin-chef du Tonnerre.

Un nouveau PHA pour relayer le Tonnerre

Dans ce contexte, le ministre des Armées, Sébastien Lecornu, a annoncé le déploiement imminent d’un deuxième PHA, le Dixmude, promettant des « capacités médicales renforcées« . Ce navire devrait appareiller « autour de la mi-novembre« , selon les déclarations faites à France Info.

Le rôle de la France dans ce conflit reste complexe. D’un côté, le Tonnerre se positionne comme un vecteur de l’aide humanitaire, de l’autre, il maintient une posture militaire dans une région où les États-Unis marquent déjà fortement leur présence avec l’US Navy. Le discours du gouvernement français et l’envoi du Dixmude semblent vouloir renforcer cette dualité d’action, entre aide humanitaire et influence militaire.

Pour l’instant, le Tonnerre demeure un symbole de la volonté française d’exercer une influence positive tout en étant prêt à montrer sa force militaire. Avec l’arrivée prochaine du Dixmude, la France espère augmenter son impact et affirmer son rôle de puissance médiatrice et humanitaire dans la région.

Timothé Boudet
Timothé Boudet
Correspondant français à Montréal

Derniers articles