Gérald Darmanin et la loi immigration : Le déjeuner de la séduction au Sénat fait débat

Date de publication

Le ministre de l’Intérieur français, Gérald Darmanin, multiplie les efforts pour tenter de faire adopter sa loi sur l’immigration, notamment à travers une opération de séduction qui n’a pas manqué de susciter des réactions au Sénat. D’après Radio France, Cette tentative de séduction a pris la forme d’un déjeuner proposé aux 49 sénateurs membres de la commission des Lois, une démarche peu commune à quelques jours du vote sur cette loi controversée.

Gérald Darmanin tente le tout pour le tout

La loi sur l’immigration portée par Gérald Darmanin fait l’objet de vives discussions, en particulier concernant l’article 3, qui concerne la régularisation des travailleurs sans-papiers dans les métiers en tension. Cette controverse s’est accentuée après le désaveu de l’ex ministre du Travail, et désormais Première ministre, Élisabeth Borne, sur un possible retrait de cet article.

Face à cette situation, le ministre de l’Intérieur a décidé de convier l’ensemble des sénateurs travaillant sur ce dossier à un déjeuner qui se tiendra le jeudi 26 octobre à midi. La commission des Lois du Sénat, chargée de l’examen du projet de loi, est ainsi conviée à cette opération de « séduction ».

Cette démarche a suscité des interrogations, notamment au sein du principal groupe au Sénat, Les Républicains, qui a choisi de n’envoyer que deux représentants, le président de la Commission et la rapporteure du texte. « Ça ressemble étrangement à une opération séduction », a réagi sur Franceinfo Bruno Retailleau, président du groupe Les Républicains au Sénat, exprimant ses doutes quant à cette approche. Il souligne que « la loi ne se fabrique pas autour de tables de déjeuner », mais bien dans les hémicycles du Sénat.

En plus de cette réaction de méfiance des Républicains, le rendez-vous suscite également un boycott de la part des socialistes. Ces derniers considèrent cette invitation comme un « simulacre de concertation » et ont décidé de ne pas y participer. En revanche, les communistes et écologistes ont confirmé leur présence à cette réunion.

Derniers articles