Le Canada souhaite 500.000 migrants par an d’ici 2026

Date de publication

Le Canada prévoit une stabilisation de son programme d’immigration, visant à pallier la pénurie de main-d’œuvre par l’accueil de 465 000 nouveaux arrivants en 2023, avec un objectif de 500 000 d’ici 2025. Cette stratégie, portée par le ministre de l’Immigration Marc Miller, verra une augmentation particulièrement axée vers l’immigration économique.

Face à une pénurie de main-d’œuvre qui s’éternise, le gouvernement libéral du Canada a dévoilé un nouveau plan pour augmenter puis stabiliser le nombre de migrants. Lors d’une allocution à Ottawa le mercredi 1er novembre, le ministre canadien de l’Immigration a présenté le plan d’immigration pour 2023-2026, annonçant une hausse des seuils d’accueil à 485 000 immigrants pour 2024. Il a également réaffirmé l’objectif de 500 000 nouveaux résidents par an à compter de 2025, une mesure visant à répondre aux besoins croissants du marché du travail canadien.

Ces changements incluent l’augmentation du nombre de migrants entrés grâce au système de tirage au sort. Spécifique à certaines professions le système d’Express Entry, à pour but de faciliter et accélérer les démarches pour les migrants économiques. L’objectif d’Express Entry sera de 110 700 admissions de résidents permanents en 2024. Cela signifie qu’Express Entry deviendra la principale voie d’admission de migrants économiques.

Les canadiens de plus en plus critiques envers l’immigration de masse

Au Canada, ces annonces inquiètent alors que les Canadiens font face à une importante crise des logements. Des voix s’élèvent, craignant que l’arrivée massive de nouveaux résidents n’exacerbe la pénurie de logements déjà critique. En réponse, le ministre de l’Immigration, Marc Miller, a déclaré : « Sans ces travailleurs qualifiés venant de l’extérieur du Canada, nous ne pouvons absolument pas construire les logements et répondre à la demande actuelle ».

Le soutien aux seuils d’immigration en vigueur connaît une baisse significative. Dans un récent sondage, la proportion de Canadiens estimant que le pays accueille un excès d’immigrants a grimpé de manière notable, augmentant de 17 points de pourcentage entre 2022 et 2023. Ainsi, le sentiment qu’il y a trop d’immigrants au Canada a gagné en popularité, passant de 27 % à 44 % en un an, marquant une rupture avec les tendances de longue date.

Au Québec, le leader de la Coalition Avenir Québec, François Legault, insiste sur l’importance de préserver la culture francophone en limitant le nombre de nouveaux arrivants anglophones.

Timothé Boudet
Timothé Boudet
Correspondant français à Montréal

Derniers articles