🇫🇷 Présidentielle 2022 : En meeting au Capitole de Toulouse, Jean-Luc Mélenchon a réuni 25 000 personnes

Date de publication

Le candidat de l’union populaire a commencĂ© par attaquer Emmanuel Macron : « Comment a-t-il pu croire qu’on ne s’en rendrait pas compte quand il a dit le taux de chĂ´mage Ă©tait au plus bas depuis 15 ans ? Eh bien ça vous fait plaisir de le savoir mais ce n’est pas vrai, poursuit-il. Evidemment, ce n’est pas vrai parce qu’il a atteint, toutes catĂ©gories confondues six millions de personnes. Et il y a 15 ans, il y en avait 3 millions et demi. […] J’espère, quelques soient les opinons qu’ont les gens, que pour leur propre dignitĂ©, pour le respect d’eux mĂŞmes, ils n’iront pas encourager une funeste entreprise de mensonge et d’enfumage. » 

Jean Luc MĂ©lenchon a ensuite dĂ©fendu l’augmentation du smic : « Ils ne proposeront pas l’augmentation du smic comme nous la proposerons nous, Ă  l’union populaire. Et pourtant, le monsieur [Emmanuel Macron] n’a-t-il pas dit que ça sera la grande cause de l’égalitĂ© hommes-femmes. Personne ne lui a dit dans ces cabinets de conseil que 60 % des gens qui sont payĂ©s au smic sont des femmes et que l’augmentation du smic profite d’abord Ă  celles qui ont en ont le plus besoin, Ă  cette heure? […] Macron a dit non, madame Le Pen a dit non, celle qui se pique du pouvoir d’achat quant Ă  M. Zemmour a dit que l’augmentation du smic c’est dĂ©magogique ! »

Le PrĂ©sident du groupe LFI Ă  l’AssemblĂ©e nationale a une nouvelle fois pointĂ© du doigt Emmanuel Macron, Marine Le Pen et Éric Zemmour, trois candidats qui ne parleront pas de la sortie du nuclĂ©aire selon le candidat de La France insoumise Ă  la prĂ©sidentielle : « Ils ne parleront pas de la sortie du nuclĂ©aire. Et ils ont le culot de me faire dire, Ă  intervalles rĂ©guliers, par telle ou telle entreprise ’Ne croyez-vous pas que la guerre en Ukraine rebat les cartes du nuclĂ©aire ?’ Oui, oui, je le crois : c’est pire qu’avant, c’est le moment d’arrĂŞter. » Et d’ajouter : « C’est un danger. Il faut en sortir mĂ©thodiquement, en planifiant, en organisant. Mais il faut sortir. » Jean-Luc MĂ©lenchon le promet : « Si vous m’élisez, on commence tout de suite le plan pour sortir du nuclĂ©aire. »

Jean-Luc Mélenchon a fait une déclaration sur les cabinets de conseils : « Si vous m’élisez, tous les contrats avec les cabinets de conseil seront suspendus. Il sera interdit de confier au privé ce que l’Etat et ses fonctionnaires, plein d’intelligence et de savoir-faire, sont capables de faire eux-mêmes. »

Pour conclure sa prise de parole Ă  la place du Capitole de Toulouse, Jean-Luc MĂ©lenchon a une nouvelle fois chargĂ© le prĂ©sident de la RĂ©publique, « cet homme qui a dĂ©cidĂ© d’organiser le crash scolaire dans ce pays, qui a dĂ©cidĂ© de transformer les universitĂ©s, les lycĂ©es, les collèges, les Ă©coles primaires en structures de production du savoir en compĂ©tition les unes avec les autres et oĂą l’on paye ». Conscient de l’image qu’il peut renvoyer, Jean-Luc MĂ©lenchon a demandĂ© Ă  ses potentiels Ă©lecteurs de ne pas en tenir compte : « Quoi que vous pensiez de L’Union populaire, quoi que vous pensiez de moi ou de ces conversations stupides sur mon caractère, je vous en prie, comprenez que le pays est en Ă©tat d’urgence et qu’il faut empĂŞcher Ă  tout prix qu’il [Emmanuel Macron] fasse la rĂ©forme scolaire parce que c’est sinon la fin de la patrie. »

Derniers articles