Plus grand pays européen, mais coincé entre la Russie, désireuse de récupérer cet ancien territoire de l’URSS, et l’Union Européenne, qu’elle n’a toujours pas pu rejoindre, quelle est l’importance stratégique de l’Ukraine dans l’Europe, et plus particulièrement vis-à-vis des pays européens ?

Les nombreuses ressources minières, mais aussi la puissante agriculture de l’Ukraine font d’elle un pays fort d’avantages économiques. Néanmoins, à cause des nombreuses tensions politiques et géopolitiques qui la traversent depuis la chute de l’URSS, elle ne peut exploiter ce potentiel. 

Quels sont les facteurs déterminants qui contribuent à l’importance stratégique de l’Ukraine ?

L’Ukraine dispose de réserves considérables de divers minerais, comme le fer, dont elle est le 7ème producteur mondial, mais aussi d’une force agricole, qui fait d’elle le plus grand pays agricole européen. Ainsi, en 2021, les secteurs agricole et agro-alimentaire représentaient 15 % du PIB, employaient 20 % de la population active et fournissaient 40 % des exportations. Ces deux secteurs majeurs pour l’Ukraine constituaient, d’après les dernières données de 2013, près de 40 % du PIB du pays. Un exemple de l’importance agricole est son positionnement de numéro 1 en termes d’exportations d’huile de tournesol dans le monde.

D’un point de vue énergétique, l’Ukraine est le point de passage de gazoducs reliant la Russie au reste de l’Europe, qui dépend fortement du gaz russe. Malgré une certaine indépendance française de ce point de vue (la France dépend “seulement” de 20 % du gaz russe), d’autres pays en sont beaucoup plus dépendants ; en effet, l’Allemagne importe 60 % de son gaz de Russie et, au total, ce gaz représente 40 % du marché européen.

Quels sont les impacts économiques et géopolitiques de l’invasion russe de l’Ukraine ?

Comme indiqué précédemment, l’Ukraine est un pays incontournable dans le domaine agricole, minier ou énergétique. Au-delà de son propre territoire, la crise actuelle engendre une réelle crainte des investisseurs et des marchés européens ; le Cac 40 a ainsi perdu 3,81 % jeudi 24 février, et le baril de pétrole a dépassé la barre symbolique de 100$.

De plus, le processus de certification du gazoduc Nord Stream 2, en négociation depuis près de 4 ans, a été suspendu par le chancelier allemand. Ce gazoduc, censé augmenter l’approvisionnement de l’Allemagne en gaz russe, ne sera donc pas utilisable avant, au moins, la fin de la crise.

Enfin, la menace des pays occidentaux d’exclure la Russie de la SWIFT, plus grande coopĂ©rative interbancaire mondiale, coupant ainsi les entreprises russes de financement Ă©trangers, peut s’avĂ©rer lourde de consĂ©quences. Si l’on observe le cas iranien, qui fut coupĂ© de SWIFT en 2018, ce pays a perdu près de 30 % de son commerce extĂ©rieur après son exclusion du système interbancaire ; cette option d’exclure la Russie a ainsi Ă©tĂ© qualifiĂ©e d’”arme nuclĂ©aire” Ă©conomique par les États-Unis.

  • Sources :

https://www.lesechos.fr/finance-marches/marches-financiers/guerre-en-ukraine-les-marches-mondiaux-plongent-face-a-loffensive-russe-1389343

https://www.bfmtv.com/economie/international/guerre-en-ukraine-le-prix-du-gaz-naturel-s-envole_AV-202202240204.html

https://www.ouest-france.fr/europe/ukraine/guerre-en-ukraine-quelle-est-la-dependance-au-gaz-russe-de-la-france-et-de-l-europe-19259f16-956f-11ec-a598-cbc0ff532848

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici