Valérie Pécresse, de chalengeuse à endettée

Date de publication

Le lundi matin, 11 avril 2022, au lendemain de l’élection présidentielle, Valérie Pécresse déclare : “Les résultats ne nous permettent pas d’être remboursés par l’État. La situation est critique et il nous manque 7M€, dont 5M€ que j’ai empruntés à titre personnel. Je lance un appel national aux dons. II en va de la survie de la droite républicaine.”

La présidente du département Ile-de-France était candidate depuis le 4 décembre 2021, suite à la primaire des Républicains, où elle s’était imposée avec 60,95% des voix face à Eric Ciotti. Les sondages propulsent la candidate à l’élection présidentielle à 20% derrière Emmanuel Macron, lui-même à 23%. Valérie Pécresse se place alors en force dans la course à l’Elysée. Celle-ci annonce jouer la montre, et ne pas intervenir dans les débats tant qu’Emmanuel Macron n’entre pas dans la course. Les sondages passant et faisant descendre le score estimé de la candidate de droite, un meeting au Zénith de la Villette à Paris est organisé le 13 février. Celui-ci aura pour but de présenter les grandes lignes de son programme, orienté par ses soutiens Eric Ciotti, Xavier Bertrand…

“Naufrage”, “juste pas possible », « Catastrophique », les coups viennent directement de son propre parti, à la sortie même de son premier meeting. Plus personne n’y croit, la candidate a complètement raté, des placements de phrases mal effectués, le non contrôle du public, les silences trop long, le discours orienté vers l’extrême droite. Rien de positif ne sortira de ce meeting. Les sondages sont explicites, la candidate perd 7 points en deux mois et se retrouve à 13%. Les prises de parole continuent mais ne fructifient pas, puis vient la guerre, la Russie envahit l’Ukraine. Valérie Pécresse se rend au Salon de l’agriculture, porte de Versailles, à Paris, le 28 février, elle fait un discours sur son programme concernant le sujet du salon, et déclare ensuite “Je file m’occuper de l’Ukraine”. Le public prendra l’information comme si la candidate se voyait déjà présidente de la République, ce qui ne l’aide pas dans les sondages.

Fin mars, Valérie Pécresse déclare qu’elle regrette avoir voulu “parler comme un homme” lors de son premier meeting qui a créé la mauvaise dynamique. Elle évoque une volonté de changer de format pour se relancer, mais sans vraiment convaincre. Juste avant la présidentielle, Valérie Pécresse se retrouve positive au coronavirus, un bâton de plus dans les roues, puisqu’elle a dû tenir un meeting à distance.

Le dimanche 10 avril à 20h22, Valérie Pécresse annonce voter pour Emmanuel Macron au second tour, sans donner de consigne de vote à son parti. Les Républicains auront une nouvelle fois échoué, mais d’une manière bien plus significative puisqu’en 2017, François Fillon a obtenu 20% des voix. Valérie Pécresse n’aura pas atteint les 5% : une situation difficile, qui fragilisera sans doute le parti, déjà divisé entre les ralliements à Reconquête! et au Rassemblement National.

Derniers articles